Press: Articles from the press  Print

RIO 750 Sol

Nautica, n° 48


Deux grands Open hauts de gamme.

C'est dans une Méditerranée espagnole balayée par un vent de mer que nous ont été présentées les deux nouveautés du chantier Rio: le 750 Sol et le 850 Day Cruiser qui, comme son nom l'indique, est plus tourné vers la croisière. Avec ces unités, le chantier affiche clairement une nouvelle tendance: se démarquer de la concurrence avec un produit bien fini et mieux équipé. Côté ligne, il est difficile de rester insensible aux coups de crayon des architectes Luca et Stefanc Scarani qui signent ces deux réalisations. Visiblement ils savent ce que les plaisanciers attendent d'un bateau Open tout en ne négligeant pas l'équipière pour autant en lui réservant des grandes surfaces laissées au farniente et à la bronzette. Le comportement de ces deux bateaux préserve un certain côté ludique malgré leurs grandes tailles. Nous pouvons vous dire, pour l'avoir testé, que le 750 Sol par exemple, est réellement amusant avec ses 230 chevaux accrochés au tableau. Vivacité et comportement marin sont bien au rendez-vous. Les carènes présentées ici affichent une étrave tulipée qui déflecte parfaitement les embruns du plan d'eau tout en gardant une excellente stabilité à l'arrêt et en virage. Ici pas de gîte exagérée. Aujourd'hui, la philosophie chez Rio est de rechercher le rapport poids/puissance optimal pour trouver le bon équilibre et présenter le meilleur rendement. Ainsi, des unités de 6 ou 8 mètres ne présentent pas ces mêmes rapports. Les nouvelles carènes permettent de recevoir des motorisations importantes ou plus modestes et trouvent un excellent compromis entre rendement et performances.

LES AM?NAGEMENTS

Comme décrit plus avant, une nouvelle orientation est donnée par le chantier ibérique en présentant des bateaux à programme familial, polyvalents garantissant la sécurité et le confort à bord. Les deux nouveautés du chantier Rio disposent chacune d'un accès vers l'avant très sûr grâce à des passavants profonds, de plain pied et d'une bonne largeur. A ce sujet, il faut préciser que les deux passavants du 850 Doy Cruiser ne mesurent pas la même largeur, celui de bâbord étant plus large que l'autre. Le solide balcon et la main courante très pratique, fixée autour du pare-brise, sécurisent parfaitement le passage vers l'avant. Bon point également pour la sécurité avec des francs-bords élevés pour tranquilliser les mères de jeunes enfants. Pour ce qui est des apparaux de mouillage livrés en standard, ils offrent l'ancre, la chaîne, les amarres et les pare-battages au nombre de quatre; à la grande baille viennent encore s'ajouter un guíndeau électrique (sur le 850) et un davier auto-bloquant (sur le 750) ainsi que deux taquets d'amarrage. Au niveau du pont avant, les architectes nous proposent deux versions différentes suivant 1e modèle choisi. Ainsi le 750 Sol présente un véritable salon avec une belle banquette en forme d'escargot qui peut se recouvrir pour devenir un énorme bain de soleil tandis que le frère aîné dispose, lui, d'un matelas solarium permanent avec un coffret à l'avant pour recevoir les produits solaires, s'il vous plaît! A vous de bien choisir votre plan de pont suivant votre programme et les désirs de chacun. Les deux cockpits présentent peu de différences suivant les modèles. On trouve la console décalée sur tribord pour dégager le passavant bâbord, deux beaux sièges pilote et copilote revêtus d'une superbe sellerie "maison" et une banquette arrière pour accueillir les passagers supplémentaires et dissimuler le radeau de survie. La plus grande longueur du 850 lui donne la possibilité d'installer la table du carré dans le cockpit. Sur tribord, le portillon donne accès à la zone de baignade et sur bâbord, derrière la banquette, on trouve dans les deux modèles un range pare-battages bien pratique qui libère les coffres pour d'autres accessoires. Vient ensuite la fameuse plate-forme de bain et son originalité. Suivant la motorisation choisie, out- ou inboard, celle-ci ceinture les moteurs ou les recouvre. Les deux versions ne laissent pas indifférent et ici aussi le choix se fera en fonction du programme. Notons que le 850 Day Cruiser reçoit une banquette supplémentaire qui fait face à l'arrière dans la version inboard. La douchette d'eau douce et l'échelle de bain dissimulées font partie de l'équipement standard. Le poste de pilotage des deux modèles dispose d'un tableau de bord suffisamment large pour y ajouter un peu d'aide à la navigation. Sa lisibilité est excellente et l'instrumentation moteur très complète. Compas et feux de navigation sont fournis en standard. Notons la position de conduite qui est toujours bonne, que l'on soit assis ou debout. Sur bâbord, une porte coulissante en Plexiglas permet de descendre dans la console du 750 ou dans la cabine du 850. Si la console reçoit également un W-C marin comme son aîné en plus d'un évier et de la possibilité d'y ranger les skis nautiques, la cabine du 850 Day Cruiser démontre bien, si besoin en était, la faculté d'emmener toute la famille en croisière côtière. Kitchenette et frigo font partie de l'équipement de base de cette unité. Dommage qu'il faille faire appel aux options pour trouver un frigo et un bimini sur le 750. Côté couchage, sur le 850 la capacité est portée à 4 personnes avec la transformation des couchettes avant en V et en profitant de la "mini" mid cabin sous le cockpit. Bref, un couple et deux enfants peuvent entreprendre une croisière de quelques jours, même si l'équipière et le skipper apprécieront les repas pris au restaurant.

ET EN NAVIGATION?

Sur l'eau nos deux unités affichent des comportements assez différents, et c'est bien normal. Si le 750 Sol se fait vif et amusant à piloter en toutes circonstances, on sent nettement que le 850 Cruiser est destiné à la croisière et affiche une forte personnalité de marathonien. Lancé, le 850 avale les milles rapidement et sûrement mais il ne faut pas lui demander trop de vivacité en virage; le 850 Day Cruiser "trace". Il développe avec la motorisation embarquée de 2 x 145 chevaux MerCruiser une vitesse de pointe de 30 noeuds (55 km/h) pour 39 (72 km/h) à son petit frère, le 750 Sol. Le cadet, avec ses deux Suzuki 115 chevaux 4-temps, répond à la seconde à la sollicitation des manettes d'accélération. On est surpris par le comportement amusant de cette unité qui reste très confortable malgré les conditions de mer pourtant dures.... On se régale à ses commandes. Il ne mouille pas plus son équipage que le 850 grâce aux parebrise bien protecteurs.

EN CONCLUSION

Il est impossible de rester indifférent devant le niveau d'équipement standard et la belle finition des coffres et cabines qui font appel à la technique du contremoulage. Bien sûr tout ceci a un prix mais on apprécie ces petites choses "qui font la différence" comme la présence généreuse d'inserts de teck sur le pont; bien entendu cela "ne sert à rien" mais ce sont ces artifices esthétiques qui distinguent une marque de bateau vis-à-vis d'une autre. Quant au comportement marin de ces deux unités, difficile de les prendre en défaut quand on sait qu'elles ont été dessinées pour naviguer dans les mers les plus capricieuses comme la Méditerranée ou les eaux tumultueuses de la Manche et de l'Atlantique.

RIO 750 Sol
Neptune moteur, n° 87
RIO 750 Sol
Pesca bordo n° 94 maggio 2003
RIO 750 Sol
Nautica, n° 48
RIO 750 Sol
Neptune marine, n° 85 maggio 2003

   English
   Español
   Français
   Italiano
   Deutsch
   Portoguese