Press: Articles from the press  Print

RIO 750 Sol

Neptune marine, n° 85 maggio 2003


LE RUNABOUT REVISIT?

Face à l'assaut des coques ouvertes polyvalentes, le runabout classique a quelque peu perdu de sa superbe. L'esprit canot automobile continue pourtant de faire rêver les amateurs d'élégance et de promenade rapide. Le coup de génie de Rio consiste à rassembler sur le 750 Sol les qualités des deux formules, tout en exploitant les possibilités de chacune.


Du runabout, le 750 Sol cultive l'esprit: poste pilotage abrité derrière un pare-brise galbé, banquette arrière convertible en solarium, cockpit avant bien développé exploitant la variante bowrider fréquente sur les runabouts a americains. A la coque ouverte, le 750 Sol emprunte le cockpit autovideur, la console de pilotage et la propulsion hors-bord (il existe cependant une version in-bord). Cette synthèse entre l'esprit de l'open et celui du runabout tourne le dos au côté baroudeur qui marque encore certaines coques ouvertes, principalement celles qui sont vouées à la pêche sportive. Cette formule évacue les inconvénients traditionnels du runabout: inconfort dans le clapot et disposition de cockpit qui rend difficiles les déplacements à bord. L'ensemble révelè une silhouette dont l'originalité ne découle pas que de son appartenance à la famille Rio. On retrouve cependant sur le 750 Sol ces courbes contournées, ces galbes généroux, ces rondeurs opulentes, souvent présentes dans la production italienne. L'aspect luxueux découle d'une finition de qualité dont le goût reste cependant incertain. Par exemple, les plats bords en teck creusés de poignées sont utiles, mais que dire des incrustations du même bois marquant le mini pontage avant et la plate-forme arrière? L'originalité de lignes, quant à elle, reste bien réelle même si cetains peuvent y voir une parenté avec le Cap Camarat 755 WA. Le point le plus marquant consiste en une plate-forme arrière enveloppant complètement les moteurs hors-bord. Cet appendice circulaire est en réalité un vestige de la grande plate-forme arrière de la version in-bord qu'il a fallu découper pour laisser la place aux hors-bord pour lesquels elle constitue une protection lots des manoeuvres de port. On ne peut pas dire que l'on en fait aisément le tour et l'on ne dispose dans la pratique, en fait de plage arrière, que des deux petites platesformes de bois et d'une échelle latérale. Tout change dès que l'on gagne le cockpit, facilement accessible par un passage découpé dans le tableau. Le cockpit est divisé en deux parties séparées par une imposante console déportée sur tribord. De grand volume, entièrement contremoulèe, celle-ci permet qu'on y entre mais elle ne constitue pas une véritable cabine. Elle abrite un èvier placé au-dessus d'un frigo et, sur 1'autre bord, un compartiment toilette d'acces un peu problématique pour ceux qui mesurent plus de 1,80 m. Une circulation très sûre L'arrière du cockpit, consacré au pilotage, abrite deux sièges sur colonnes, un peu étroits, réglables mais ne reculant pas suffisamment pour piloter debout sans gêne. Ils sont en revanche pourvus de cale-pied. Une banquette où trois personnes prennent facilement place, s'appuie contre le tableau. Le passage vets l'avant du cockpit, certes unique en raison du décalage de la console, béneficie en revanche d'une largeur de 0,40 m á laquelle s'ajoute une profondeur de 0,80 m pour y rendre la circulation particulierement sûre. L'avant du cockpit est entièrement occupé par une banquette en fer a cheval, disposée en oblique. L'abondance et la qualité des selleries, l'espace disponible donnent à ce lieu le caractère d'un veritable carré extérieur. Une table centrale amovible prend place au centre. Le tout étant transformable en un solarium de grande surface. La pointe d'étrave est occupée par un petit pontage qui intègre une baille à mouillage, un guindeau électrique, une ancre à poste dans le davier. Une cale de rangement s'ouvre dans le cockpit, à l'emplacement des moteurs fixes de la version in-bord. Son accessibilité nest pas àciter en exemple. On se démarque là du vrai open. On trouve en revanche, derière le tableau, un casier pour quatre défenses, bien dans l'esprit runabout. De petits équipets complètent les rangements à l'arriere. A l'avant, des coffres devraient à l'avenir trouver place sons les sièges. L'accastillage est correct. Le balcon, ouvert à l'avant avec barreau transversal formant marchepied, se prolonge jusqu'au cockpit arrière. En raison de la profondeur du passavant, il constitue surtout une agréable main courante qui s'ajoute à celle de la console facile à saisir. La carène présente un V bien marqué a l'avant, surmonté d'un bouchain plat horizontal, de largeur suffisante pour bien défléchir les embruns et assurer une bonne stabilité, mais suffisamment modérée pour éviter les chocs dans le clapot. Un deuxième bouchain marque les oeuvres mortes, tandis que deux virures courent le long de la carène. Le V s'ouvre fortement vets 1'arrière où il assure une portance suffisante pour supporter le poids des deux hors-bord 4 temps, au moins aussi lourds qu'un in-bord à essence de même puissance, et situes plus en arrière. Le résultat de ce dessin est plus que satisfaisant. Dans une met hachée dont la côte catalane espagnole détient le secret, le 750 Sol, équipé de deux hors-bord Suzuki à 4 temps de 115 ch, se maintient déjaugé un peu au-dessus de 13 noeuds. II atteint 36 noeuds à 6000 tr/min, gagnant encore deux noeuds si l'on trime. La vitesse de croisière tourne autour de 23 nds. De bonnes performances pour un bateau qui montre, au-delà de son aspect farniente, de bonnes aptitudes à la navigation. Au fait.. Runabout, qu'est-ce que cela signifie? Un dinghy à moteur in-bord, diront certains. Les dictionnaires s'accordent sur l'étymologie de ce mot anglais, qui signifie "vagabond". On est loin de la connotation luxueuse que la plaisance a donné à ce type de bateau et qu'illustre bien le 750 Sol. quant à la version hors-bord, elle ne constitue que l'un des choix possibles. La version in-bord existe. Le Rio 750 Sol est donc bien un vrai runabout.

Grande surface de bain de soleil, accueil de nombreux convives autour de la table ronde, it est difficile de rèver d'un carré avant plus confortable et facilement, accessible.

La banquette arribre est transformable en solarium. Le passage vers le cockpit reste assure.

La plage avant est fonctionnelle pour le muillage. Le balcon ouvert facilite la circulation entre le bateau et le ponton.

En plaçant les moteurs dans un puits, on obtient une plat-forme de bain plus grande qui fait également office de protection.



 


 


 

Les prix indiqués en articles des essais des bateaux, fet par les magasins spécialisés, correspondent à l'heure de l'essai et peuvent être différents de les actuels. Rio Iberica ne prend pas la responsabilité des erreurs possibles qui peuvent contenir ces articles.

RIO 750 Sol
Neptune moteur, n° 87
RIO 750 Sol
Pesca bordo n° 94 maggio 2003
RIO 750 Sol
Nautica, n° 48
RIO 750 Sol
Neptune marine, n° 85 maggio 2003

   English
   Español
   Français
   Italiano
   Deutsch
   Portoguese